Retour sur l’utilisation de plaquette de bois bocage en litière

En lien avec le CASDAR VIE2A porté par la Ferme d'application du Lycée des Sicaudières et en partenariat avec Bocage Pays Branché et le CIVAM du Haut Bocage, une formation sur l'utilisation de la plaquette de bois bocage a été organisée ce mardi 10 avril

La Formation était animée par Stéphane Hékimian de l’association Mission Haies Auvergne Rhône Alpes

16 personnes y ont participé dont 10 exploitants agricoles

Cette journée a permis de mettre en place un groupe d’échange pour la valorisation du bois bocage autrement ou en complément des filières bois énergie

N’hésitez pas à contacter Bocage Pays Branché si vous êtes intéressés par plus d’informations ou pour partager un retour d’expérience

La plaquette de bois a pour avantage d'utiliser une ressource présente localement sur les exploitations et ainsi diminuer les charges en cas d'achat de paille.

Cependant, la quantité de plaquettes nécessaire est souvent difficile à mobiliser annuellement et/ou difficilement stockable.

La productivité de la haie peut être accrue par un entretien régulier en respectant les cycles de gestion et de production appropriés : élagage, recepage, mise en têtard, abatage… Pour autant, la gestion doit être durable.

La plaquette peut être utilisée sur une aire de couchage paillée mais aussi en antidérapant sur une aire d'exercice intérieur bétonnée ou sur les zones très piétinées des aires d'exercices extérieurs (sortie de stabulation, abord des nourrisseurs ou râteliers). Elle possède une très bonne portance qui stabilise le sol et facilite la circulation des animaux.

Exemple de protocole pour l'utilisation en aire paillée bovine

La plaquette peut également être utilisée en filière ovine, caprine, porcine ou volaille mais les pratiques seront différentes

  • Coupe du bois en hiver (15 novembre – 15 mars) ou entre le 15 aout et le 15 septembre
  • Déchiquetage dans les 3 mois
  • Séchage en tas pendant 3 à 6 mois (efficacité optimale avec un taux d’humidité entre 15 et 25%)
  • Installer une couche de 7 à 10 cm de copeaux
  • Décider de l'apport d'une nouvelle couche (copeaux ou paille) en observant les animaux et non l’aspect de la litière.
  • En fonction des essences et de leur teneur en tanin, le fumier pourra être épandu directement ou devra être composté.